Adaptation vidéoludique

Suite de l’article Adaptation cinématographique, cette fois on va balancer sur les films (et livre) qu’on transforme en jeu.

Base papier

Le plus parlant, The Witcher. Je n’ai pas lu les livres donc aucune certitude sur la fidélité du jeu, mais je trouve le jeu prenant et réussi, d’ailleurs j’ai déjà sortit une critique.

Depuis un écran

De grands films en jeux vidéo ca peut faire tâche et déplaire, c’est ce qui s’est passé sur le jeu Star Wars : Episode III. J’avais joué à la démo et j’ai détesté, c’est un simple massacre de mob sans aucune saveur, il fallait attendre d’avoir exterminé X droïdes avant que la barrière invisible qui bloque le passage se lève, les mouvements de caméra étaient immondes, rendant la visibilité quasi nulle.

Par contre, toujours tiré de Star Wars, les épisodes Lego sont magistraux. Je n’ai jamais autant ri que sur ce jeu. En mode co-op, un ami et moi avons passé plus de 55 heures de jeu pour finir à 100% et en utilisant internent pour certaines solutions. Le jeu est bourré d’humour et arrive à rendre drôle des scènes dramatiques. Aucune voix dans le jeu, que des bruits, et c’est tant mieux, aucune VO/VF foireuse qui fait souvent la différence dans les jeux comme dans les séries.

Ce n’est pas l’œuvre de départ qui fait qu’un jeu est bon ou mauvais, mais partir d’un mauvais film rend le succès plus difficile. Aujourd’hui un film avec un minimum d’action ne peut pas se permettre d’oublier une version jeu vidéo, on a vu Cars, Toy Story sortir. On prolonge artificiellement la durée de vie d’un film en offrant la possibilité d’incarner le héros (ou le grand méchant) avec une aventure qu’on recommence indéfiniment.

Marketing ?

Encore et toujours oui. Il ne faut pas oublier que le but d’une société est de faire du bénéfice, certaines sont mues par une qualité de jeu (Blizzard l’a été à une période) plus que par un besoin de bénéfice. On pourra citer des jeux ovni qui sont complètement hors norme et innovant qui sont les fers de lance des maisons de production, comme World of Goo, Little big planet, No more heroes…

On peut classifier les éditeurs de jeux en catégories :

  • Cherche à faire du profit en surexploitant une franchise ayant connu un succès certain : Maxis et ses Sims.
  • Cherche à créer un bon jeu dans le but de vendre : Blizzard avec Wow nouvelle version
  • Cherche à créer un jeu qui attirera les foules par sa richesse : Blizzard au début avec Wow, Starcraft et Diablo
  • Cherche à créer un jeu complètement innovant en donnant dans le jamais vu : des éditeurs indépendant.

Bien souvent, de petits studios sont en charge des adaptations de film. Ils n’ont pas d’expérience, pas de moyen et le succès d’un jeu adapté dépend bien souvent de la communication et de la réussite du film. Il doit y avoir des exceptions où le jeu est meilleur que le film, mais je cherche encore.

Leave a Reply