Corporate

corporateLe monde de l’entreprise, de la grosse entreprise, est assez souvent décrié pour ses fameuses méthodes de management et Corporate s’annonçait comme un cri d’alarme.

Note : ★★☆☆☆

Émilie Tesson-Hansen est la RH du service financier de la multinationale Essen, elle accompagne ses collaborateurs dans leur carrière professionnelle jusqu’au jour où l’un d’eux se jette du haut de l’immeuble dans la cours de la société.

Le film souhaite présenter deux choses : les méthodes de management brutales des grandes société et la capacité de certain à tout sacrifier pour leur entreprise, les « corporate ».

Toute cette présentation se fait à travers la prise de conscience du personnage principale très « corporate » qui utilise ces mêmes méthodes, mais le message a du mal à passer car les ficelles sont trop visibles. A titre d’exemple, le film s’ouvre sur un dialogue entre un employé et la RH où on se rend bien compte que la RH tente de pousser l’employé vers la sortie en lui proposant des compromis réellement inacceptables. Mais le discours qui doit normalement se tenir sur plusieurs semaines afin cacher la méthode à l’employé est débiter d’un coup, ce qui sonne plus l’impression que l’employé est stupide d’accepter la situation.

De la même manière, certaines réactions de personnage sont complètement inexpliqués et même certains employés, qui sont pourtant les victimes de ces méthodes, sont à baffés tellement leur comportement est odieux, ce qui ne nous permet aucune empathie.

Exemple : La scène se passe après le suicide d’un employé

RH : Je vois que vous n’êtes pas dans votre assiette, si vous souhaitez rentrer chez-vous allez-y.
Employée : Pourquoi ? Je fais tâche parce que je pleure ? Je suis pas pro-active ?

La RH n’est ni agressive, ni énervé. On ne peut rien lui reprocher sur l’instant, du coup la réaction de l’employé, qui est peut-être compréhensible si on prend en compte un certain passif, n’est absolument pas mis en relation avec un quelconque fait passer et elle passer juste pour une chieuse.

De la même manière, dans la scène suivante, un employé arrive au boulot, son supérieure (qui est visiblement un connard) lui demande débarrassé le bureau du défunt, l’employé prend l’agrafeuse et met une patate dans la tête du connard, sans qu’aucune raison ne soit donné au spectateur.

Le film nous mais donc en déséquilibre vis-à-vis de l’héroïne dont les « méthodes » ont conduit au suicide d’un employé et son rôle de bouc émissaire vis-à-vis de ses supérieures. Au delà de son rôle de lanceur d’alerte, Corporate se veut être un thriller où les personnages ne risques rien… donc inutile.

Laisser un commentaire