Inferno

infernoParfois, un film qu’on attendait pas peut nous surprendre, nous émouvoir et nous faire rire. C’est malheureusement le cas d’Inferno qui nous plonge dans l’enfer d’un des films les plus absurde qu’il m’ait été donné de voir.

Note : ★☆☆☆☆

Le professeur Langdon se réveille amnésique dans un hôpital pris en chasse par une policière. Il va devoir remonter une piste lui permettant de retrouver ses souvenirs. Pour cela, il dispose du tableau de Botticelli, l’Enfer de Dante.

C’est du grand n’importe quoi. Le film soulève des dizaines de question qui resteront sans réponse et jamais des personnages n’auront semblé aussi vide de sens et stupides.

Dans Da Vinci Code et Anges et Démons, le professeur Langdon devait découvrir des secrets ancestraux en se basant sur des preuves datant de plusieurs siècles. Dans Inferno, le jeu de piste a été créé exprès par le « méchant » à partir d’œuvres anciennes modifiées. Déjà là, pourquoi un individu souhaitant dévaster le monde avec un virus laisserai une piste pour permettre l’échec de son plan ?

Pour y répondre, on va devoir spoil un petit peu:

  1. Le méchant créé un virus qu’il cache et explique qu’à une heure prévu le virus Inferno sera libéré.
  2. Langdon a en sa possession la première pièce du puzzle pour permettre de retrouvé le virus.
  3. Cette pièce lui a été remis par L’Organisation Mondiale de la Santé qui cherche à neutraliser le virus.
  4. Cette pièce a été remise à l’OMS par M.Bouchard (Omar Sy) mais on ne sait pas s’il s’agit d’un agent de l’OMS ou d’un mercenaire.
  5. La piste a été laissé volontairement par le méchant pour que son successeur trouve le virus.
  6. Le successeur doit déclenché manuellement le virus car le méchant est trop con et n’a pas prévu de déclenchement automatique.

Premièrement on ne sait pas comment la pièce est arrivée en possession de Bouchard. Mais chose encore plus stupide, le méchant a créé un jeu de piste pour que son successeur retrouve le virus et le déclenche et c’est ce même jeu de piste qui a permis la neutralisation du virus. C’est sur ce point que le film est complètement bancale car on se retrouve avec plusieurs possibilité qui n’ont aucune sens. Si le jeu de piste n’aboutit à rien, le virus aurait fini par être relâché à un moment ou un autre compte tenu de là où il se trouvait comme il aurait très bien pu ne jamais être relâché.

Et cette fin est longue, inutile et navrante. Elle tient plus d’un Mission Impossible que d’un film d’enquête.

En bref, c’est un échec complet.

Laisser un commentaire