Maggie

maggieAvoir un point de vue ou scénario original concernant une invasion de zombie c’est bien. Savoir l’exploiter et ne pas faire des erreurs grosses comme le monde, c’est mieux.

Note : ★☆☆☆☆

Un virus transformant la population en zombie s’est propagé à travers le territoire. Maggie se retrouve infecté. Wade, son père, va la retrouver pour tenir une promesse faite à sa défunte mère, la protéger à tout prix.

C’est une simple purge d’une heure et demi, tellement absurde que j’ai passé plus de temps à rire qu’à être touché par les personnages dans ce drame familial (car c’est clairement cela) sur fond de fin du monde. Je ne pourrais pas dire que le scénario est mauvais, l’idée de traiter la relation entre un père et sa fille comme ayant une date d’expiration suite à la mutation est plutôt sympa, partir du postulat que l’épidémie est maîtrise est aussi une bonne chose car on sait aujourd’hui comment gérer ce genre de crise. Mais bordel pourquoi les gens sont-ils aussi cons ?

Note : Autant vous prévenir tout de suite, on ne saura jamais d’où vient le virus.

Dès le début du film, on commence avec le message de Maggie à son père qui s’excuse d’être allé en ville, ville qui est sous couvre-feu et loi martiale. Pourquoi tu vas en ville quand tu sais que ce sont les principaux foyers d’infection ? Ta famille vit à la campagne, tes amis vivent à la campagne, tu n’as aucune raison d’être là. Finalement on ne saura jamais.

A peine quelques minutes après, un des médecins de l’hôpital où a été internée Maggie annonce que c’est tout bon et que pour faire une faveur à un autre médecin, il l’autorise. NOOOOOON. En tant que médecin, tu n’as pas le droit de laisser une source possible de contagion se balader librement, surtout quand il y a des procédures de quarantaine. Il semble quand même y avoir quelques libertés si on prend des précautions comme pour tout malade. En gros, suivre les procédures permet au malade de continuer à vivre quelques jours ou semaines avec sa famille avec le placement définitif en quarantaine, mais on comprend clairement que le médecin fait une exception pour Maggie.

Avant d’aborder la stupidité relative des personnages, je voudrais tout de même féliciter toute l’équipe pour un magnifique faux raccord, le fusil de Wade change pour le seul moment du film où il l’utilise…. balaise.

Et c’est maintenant qu’on attaque le gros du problème de ce film. Il n’y a aucune cohérence entre les précautions prises par les individus quels qu’ils soient et le monde qui les entoure. En tout début de film, quand Maggie retourne chez elle, sa belle-mère envoie son fils et sa fille chez une tante pour éviter qu’elle ne soit au contact des enfants. Un acte que je trouve certes triste mais tellement juste. Cet acte seul prouve le danger que représente les zombies qui, passés un certain stade, ne se contrôlent plus. De plus, deux rencontres malheureuses démontre également que si on peut vivre relativement sereinement, il faut tout de même se méfier. Alors expliquez mois pourquoi une bande d’ado (dont deux contaminés) font faire la fête au bord d’un lac, en pleine nuit sans aucune protection ? Expliquez moi aussi pourquoi à aucun moment, alors que les différents symptômes clairement expliqués dans le film indiquent que Maggie entame une phase dangereuse de sa mutation (genre manger humain), son père ne pense à l’enfermer à clé ou au pire à s’enfermer lui même (et sa femme) pour la nuit.

Et bien c’est simple, c’est pour servir l’intrigue. Si les gens respectaient vraiment les consignes, où se protégerait ne serait-ce qu’un minimum, il n’y aurait aucun risque, pas de suspense. Ce que je trouve dommage, c’est que finalement, on passe plus de temps à voir la maladie gagner du terrain au point de se demander à quel moment elle va manger son père qu’à approfondir réellement la relation père-fille qui semble déjà bien installé et qui, on le comprend dès les premières minutes, n’a pas besoin de plus. De la même manière, le père n’arrive pas à se résigner à abandonner sa fille.

Un dernier détail, la fin du film et accessoirement de Maggie, est introduite par son téléphone (iPhone) qui n’a plus de batterie. Vous la sentez la symbolique bien pourrie ?

Laisser un commentaire