Paterson

patersonAvec Paterson, c’est la seconde fois que je vois Kylo Ren Adam Driver à l’écran avec un cinéaste que je ne connais pas du tout mais dont tout le monde semble apprécier le travaille.

Note : ★★★★☆

Paterson est chauffeur de bus dans la ville de Paterson, New Jersey. Poète à ses heures perdues, il partage la vie de Laura qui a des rêves.

Il y a un certain minimalisme dans ce film qui n’est en fait qu’une semaine du quotidien banal d’un chauffeur de bus poète, autant qu’un chauffeur de bus poète puisse être banal. Le personnage de Paterson est un peu simple dans une petite ville simple où il ne se passe que peu de chose, mais où des choses se sont passés. J’ai beaucoup apprécier l’aspect très tranquille, reposant, semblable à une balade au bord de l’eau. Car la vie est un long fleuve tranquille pour Paterson.

La confusion des noms entre le personnage et la ville est d’ailleurs une très bonne idée, elle nous fait ressentir la ville à travers le personnage. La journée, ce sont le bus et la poésie qui transporte Paterson dans son quotidien calme. Le soir (et la nuit par extension), il est avec sa femme Laura, très extravagante et pleine de rêves, synonyme d’une ville dont la vie nocturne s’éveille avec ses petits tracas et ses péripéties.

Mais quand la cahot survient en pleine journée, la semaine de Paterson est toute chamboulée et il ne sait plus trop où il en est. Certains événements sont plus intéressants que d’autres, plus prenant, plus marquant, mais parfois cela tient juste à une rencontre anodine sur un banc dans un parc avec un personnage étrange, où derrière une vieille usine avec un autre personnage.

En un sens, on ne peut qu’envier ce personnage si tranquille qui apparaît si comblé et calme. En bref, c’est agréable et simple.

Note : Après quelques recherche, il s’avère que j’ai déjà vu l’un des films de Jim Jarmusch, Broken Flowers avec Bill Murray, et que j’avais adoré.

Leave a Reply