Iris

irisParfois ça marche et parfois ça ne marche pas. Et là vraiment, ça ne fonctionne absolument pas du tout. Iris est raté.

Note : ★☆☆☆☆

Iris, femme d’Antoine Doriot disparaît en plein paris. Max Lopez pourrait être lié à cet événement.

Quelques minutes après l’extinction des lumières, j’avais déjà envie de sortir de la salle. Le film est très long  et prend son temps à tel point que ça en devient pénible. Les scènes sont laborieuses et à la limite du ridicule.

Quelques scènes de sexes sont été disséminé dans le film pour créer artificiellement un aspect sulfureux beaucoup trop gentillet où M.Grey aurait trouvé son compte. Au final le film tourne au vulgaire ce qui aurait pu être un aspect intéressant de la psychologie du personnage mais rien, juste du vent.

Le scénario est cousue de fil blanc et les quelques bonnes idées sont inexploitées jusqu’à deux révélations finales qui finissent d’achever le malade et nous délivre de ces 1h40 de supplice.

Toutefois Duris nous campe un homme en colère. C’est tout, il est juste en colère.

Sur ce, je retourne regarder Enemy qui a visiblement très inspiré le film. Et la dernière chose à retenir, c’est que la fin a 1h de retard.

Laisser un commentaire