JDR Star Wars : Chapitre 1 – La Cantina

jdr-star-wars-chapitre-1-la-cantinaCette histoire commençait sérieusement à sentir mauvais. Je ne sais comment, mais le droïde chasseur de prime surnommé Bender m’avait finalement retrouvé. Heureusement pour moi, il était également l’objet d’une prime impériale beaucoup plus importante que la mienne et je lui étais plus utile que vivant. J’ai tant bien que mal réussi à négocier ma liberté en échange de quoi je dois lui servir de médecin personnel. Oui pour un droïde c’est étrange, mais il faut dire aussi que je suis mécanicien…

Prélude

En cours de route, j’ai trouvé un médecin Twi’lek du nom d’Alexya Semaya sur une planète isolé dans un hôpital de campagne alors qu’on livrait du matériel. C’est à ce moment là qu’on a été pris en chasse par un groupe de Stormtroopers. Curieusement, ils n’en n’avaient pas après Bender, mais poursuivaient un grand bonhomme avec un chapeau, un chapeau énorme… et Bender s’étant senti visé et il a commencé à tirer dans le tas. Finalement, l’homme au chapeau, un mercenaire du nom d’Ashram, nous a rejoint à bord du Notranou, le vieux cargo qui nous servait de logis.

Ce vieux cargo, je l’avais volé en guise de paiement d’une mission que j’avais effectué pour le compte d’un hutt véreux… un hutt standard en gros. Alors oui c’était une poubelle de l’espace, mais il servait de transport pour les marchandises spéciales, les cargos ou yacht plus luxueux attiraient généralement plus l’attention des voleurs et des troupes de l’Empire qu’une vieille bouse à peine en état de marche. Bender haïssait ce cargo.

Le dernier membre d’équipage en date était une érudite du nom d’Alyoshane Peacock. Je l’ai trouvé errant à bord du vaisseau après un ravitaillement sur Duros. Elle s’était perdu à bord et n’avait pas réussi à retrouver sa route avant le décollage. Après coup, je la soupçonne d’être assez intelligente pour m’avoir fait gober de pareils âneries, elle voulait surtout voyager discrètement.

Chapitre 1 – La Cantina

Nous sommes arrivés sur Formos pour deux raisons. Nous avions besoin de nous ravitailler et surtout de trouver du travail pour payer notre ravitaillement. Les compétences de chasseur de primes de Bender allaient nous être plus qu’utiles, ce genre de monde regorge de primes. Ce qui se vérifia assez facilement puisqu’à notre entrée dans le système, un message impérial nous a avertit que la prime sur Bender était doublée. Il y eu comme un instant de flottement dans le cockpit, Ashram et moi fixons le droïde à la fois avec intérêt mais également curieux de voir sa réaction. Sa tête mécanique pivota et sous son oeil glacial nous fîmes immédiatement semblant d’être occupé et de n’avoir rien entendu. Mais Ashram ne résista pas à l’envie de prendre un air envieux et cupide avant de se raviser… sans doute avait-il pris la mesure de l’humour du droïde assassin qui était en train de piloter le cargo.

Après une taxe d’amarrage et un atterrissage parfait, tout l’équipage décide de descendre tandis que je fais le tour du vaisseau pour vérifier qu’il n’y a aucun risque à laisser le vaisseau un petit moment dans l’air aride de la planète désertique. Un voyant d’alerte est visible en salle des machines, une portion de la tuyauterie du bord semble avoir quelques soucis. Après une rapide vérification, je me dirige vers le secteur des cabines et les inspecte une à une avant de tomber sur celle d’Ashram. La cuvette sanitaire a disparue, purement et simplement de son emplacement d’origine, je la retrouve de l’autre côté de la pièce. La douche a commencé à refouler une eau grisâtre. Le jeu de valve de sécurité a parfaitement fonctionné par chance en forçant la fuite à se contenir dans un espace clos. Et soudain je réalise que j’ai vu plusieurs fois Ashram traverser la coursive en petite tenue, quand il revenait d’une autre douche.

J’ai beau être mécanicien, mes connaissances en plomberie restent assez limitées donc impossible sans pièce de rechange de bricoler quelque chose donc je décide de partir en quête d’un magasin pouvant me fournir les pièces.

En sortant du vaisseau, j’utilise la télécommande et la porte de referme et un bip résonne alors que les clignotants envoient quelques flashs.

* * *

En laissant le mécano vaquer à ses occupations, le reste de l’équipage s’est aventuré en ville, direction la cantina pour trouver du travail. Les ruelles de cette ville forment un véritable dédale et rapidement le groupe se retrouve là où il ne devrait pas être. Sous leurs yeux étonnés, une trappe s’ouvre dans le sol au pied d’un bâtiment et trois individus suspects en sortent, portant chacun une caisse en direction d’un speeder X-34 garé non loin. Ni une ni deux, Bender envoie un message typique des impériaux : « Messieurs, veuillez déposer vos caisses, contrôle d’identité et des marchandises ». La phrase fait son effet et sans demander leur reste les trois individus partent à toutes jambes abandonnant les caisses et le speeder. De toute évidence, les marchandises contenues dans les caisses ne sont pas légales, ce qui potentiellement, signifie une grosse rentrée d’argent pour l’équipage du Notranou.

Pendant qu’Alyoshane surveille les environs, Alexya vérifie le contenu des caisses et y trouve du glitterstim, un dérivé de l’Epice, une drogue assez côté au marché noir. Ashram tente d’ouvrir la trappe qui s’est refermée derrière les trois malfrats, mais elle est verrouillée et refuse obstinément de s’ouvrir. Double échec avec le speeder qui, sans clé, refuse de démarrer.

***

Alors que je ressens une sensation désagréable, comme un sifflement dans les oreilles, je tombe par hasard sur le reste de l’équipage affairé autour d’un speeder et de trois caissons. Bender est fixe, impassible, fixant la trappe comme s’il réfléchissait à la meilleure manière de la franchir. Le connaissant, les mots grenades et explosions étaient sûrement présent dans ses microprocesseurs. AlexyaAlexya quant à elle avait l’air très intéressé par le contenu des caisses tandis qu’Ashram parlait à une petite pierre plate qu’il tenait dans la main.

En quelques minutes, je démarre le speeder et déverrouille la trappe, permettant à mes compagnons d’infortune d’inspecter la cache. Je discute rapidement avec Alyoshane qui m’explique comment ils en sont arrivés là. Ne souhaitant pas en savoir plus pour le moment et histoire de mettre notre butin à l’abri, je charge les caisses sur le speeder et retourne au cargo pour décharger.

Aussitôt dit, aussitôt fait et je repars trouver l’équipage. Nous faisons une halte dans un petit magasin d’électronique pour acheter des comlinks. Ashram nous avait prouvé que la communication avec des pierres était malheureusement impossible pour le moment et il était indispensable que nous puissions communiquer entre nous sans contrainte. Le marchand Toydarien n’a d’ailleurs pas été vraiment honnête, il a fallut que Bender s’en mêle pour obtenir un prix honnête et du matériel fonctionnel. Même s’il est effrayant, l’aspect cupide et sans pitié du droïde assassin est sans doute l’un de nos meilleurs atouts dans les négociations.

* * *

Toujours à la recherche de la cantina la plus proche, nous croisons la route d’une vieille femme qui vend de l’eau, Mama Doba. Chacun achète son verre d’eau, nous en offrons même un à la vieille femme involontairement quand Ashram l’oblige à boire un verre pour vérifier si l’eau n’est pas empoisonné. Et pendant que nous dégustions gaiement notre eau si chèrement acquise, le groupe me prévient qu’on essaye de me faire les poches. Démasqué, le voleur part à toute jambe et j’entends le bruit mécanique et le sifflement caractéristique d’une arme à énergie qui s’apprête à tirer. La vieille femme nous supplie de ne pas tirer compte tenu du jeune âge du voleur. Le prenant en pitié, Ashram bouscule Bender : « Oups, j’ai glissé ». Le tir de Bender part quand même et atteint la devanture d’un petit magasin. Nous décidons de partir rapidement dans la direction que nous indique la vieille femme, vers la cantina.

Nous arrivons enfin en vu de cette fameuse cantina.

* * *

Devant l’établissement de boissons, un appel à l’aide résonne dans une petite ruelle, derrière un compacteur à ordures. Alexya et Alyoshane se dirige vers la ruelle pour porter secours au droïde qui appelle. La planète étant mal fréquentée, nous les suivons afin de s’assurer que ce n’est pas un piège. Les abords des cantinas sur ce genre de monde ne sont généralement pas des plus sûres et on y retrouve souvent toute sorte de chose comme des cadavres de touristes.

Nous trouvons un droïde de protocole endommagé. Ses processeurs vocaux émettent des sons étranges et une voix très saccadée, même pour un droïde : « Je suis J8-B9, droïde travaillant sur… les évaporateurs… humidité… erreur système… droïde de protocole… ami…R4-W9…capturé…merci de… retrouvé…Badyn Doba ». Les photo-recepteurs du droïde clignotent encore quelques secondes avant de s’éteindre définitivement. Sans autre forme de cérémonie, Ashram sort une pelle de son sac et commence à creuser un trou pour y enterrer la carcasse encore chaude du robot.

Quand Bender et moi décidons de nous y intéresser après avoir discuté de la marche à suivre avec Alyoshane et Alexya, le droïde est complètement enterré et Ashram est à genou sur la pseudo tombe, les mains croisées sur sa pelle plantée dans le sol comme s’il priait. Adieux pièces de rechange pour Bender, adieux informations provenant de la mémoire du droïdes, adieux bénéfices de reventes de certaines pièces…

Dépités, nous repartons vers la cantina, en espérant que rien ne nous stoppe sur les dix mètres qu’il y a à parcourir. Heureusement, rien ne se passe mais je décide de repartir au vaisseau déposer le speeder afin d’éviter de se le faire voler.

* * *

A l’entrée de la cantina, un panneau de prime fait défiler plusieurs portraits de personnes dont la tête est mise à prix. La prime la plus élevée est de 10000 crédits et concerne un certain Badyn Doba. La cantina est justement l’endroit idéale pour obtenir quelques informations sur les différentes primes et écouler notre encombrante cargaison.

A l’intérieur, un groupe de musique Cor-Kloo joue avec des instruments étrange une mélodie à la fois joyeuse et calme. Rapidement, Alexya remarque un Toydarien qui à l’air suspect. Bender décide d’entamer des négociations et ça se passe remarquablement bien, il obtient un prix de 500 crédits la caisse. Sans doute trop bien. Le rendez-vous pour le soir même sur la plate-forme d’appontage du Notranou.

* * *

J’arrive au Notranou assez rapidement avec le speeder. J’en profite pour cacher les caisses de glitterstim quand je reçois un appel sur mon comlink. Ashram m’informe qu’on a rendez-vous avec un Toydarien pour la revente de la marchandise. Au même moment j’entends frapper sur la carlingue.

Dehors, un Toydarien à l’air mauvais et deux armoires à glaces. Il s’agit de l’acheteur et de ses gorilles, aucun doute là dessus.

– Nous venons prendre livraison de votre marchandise.
– Quel est le prix convenu ?
– Cinq cents crédits la caisse.
– On est en dessous du prix du marché, je suis désolé mais je dois refuser ce prix.
– Ce n’est pas correct de revenir sur le prix alors que la négociation a déjà eu lieu.
– Le droïde auquel vous avez eu à faire ne fait pas partit du milieu, vous l’avez arnaqué, vous le savez. S’il le découvre vous risquez de déguster.

Tout les membres d’équipage faisant irruption à cet instant, le Toydarien s’est mis à réfléchir à toute vitesse, sans doute à calculer le prix de revient et les frais séjours à l’hôpital en cas de confrontation avec Bender : « Cinq mille crédits la caisse ».

* * *

Nous retournons finalement à la cantina dans l’espoir de consommer des boissons un peu plus fortes qu’un simple verre d’eau et surtout enfin commencer notre enquête pour trouver Badyn Doba. Le Toydarien, dans son infinie bonté, nous avait conseillé de voir Snou, un revendeur d’information.

Sur le chemin, nous sommes intercepté par un jeune homme qui se prénomme Lee Roy, sans doute un ascendant de Jenkins, qui souhaitait nous faire payer une sorte de taxe, soit disant pour le compte du baron du crime local. Taxe d’un montant de 5 crédits. Le malheureux était à la fois entraîné à faire monter le prix pas Ashram et incité à faire baisser le prix par le blaster de Bender. Craquant sous la pression, il a ouvert le feu. Tout est allé très vite, le tire du malfrat a touché Bender sans gravité, celui de Bender l’a touché, mais là c’était plus grave. Quand j’ai finalement réalisé ce qu’il se passait, Lee Roy était étendu au sol, une blessure à la jambe et Bender au dessus de lui qui avait enfoncé sa vibrolame de plusieurs centimètre dans cette même blessure. C’est à ce moment là que débarque une patrouille de stormtroopers pour nous arrêter. J’arrive à leur faire avaler que le comportement agressif de Bender a été provoqué par le tir de blaster de Lee Roy qui lui a endommagé les circuits et nous repartons contre la promesse de faire réparer le droïde. Lee Roy étant recherché, il est embarqué par les soldats.

On repère Snou assez facilement dans la cantina et quelques crédits plus tard, il nous explique que le hutt Takba Besadii Diori, du célèbre et non moins respecté clan Besadii, offre une prime de 5000 crédits pour Doba Vivant. L’Empire offre 10000 crédits pour Doba vivant, 5000 si mort.

Une fois ces informations en poche, nous avons enfin le temps de souffler et nous nous installons au comptoir. Soudain deux rodiens entre dans l’établissement en faisant beaucoup de bruit. Deux autre rodiens, silencieux, les suivent. Si le bruit ambiant et la musique ne permet pas de discerner grand chose, on comprend rapidement que les deux premiers sont en réalité une rodienne et son prétendant qui insiste lourdement. Les deux autres sont visiblement des gorilles qui protègent leur chef.

Voyant qu’on les regarde, la rodienne nous demande un coup de main pour se débarasser d’eux. Je menace le prétendant avec une allusion sur la relation qu’entretienne Badyn Doba et la rodienne. Visiblement, le rodien n’est pas effrayé, il est même certain que le criminel et la rodienne ne sont pas ensemble ce qui indiquerait qu’il connait assez bien les habitudes de Badyn. Les deux rodiens en arrière s’approchent. Ashram engage le combat avec un joli coup de pied mais Bender et lui son rapidement mis hors combat, le droïde n’ayant pas été réparé depuis la rencontre avec Lee Roy. Un des rodiens est tué dans l’affrontement, les deux autres s’enfuient à toutes jambes. Je rafistole Bender comme je peux, Ashram se relève et ramasse son chapeau. Tous les deux partent à la poursuite des rodiens, Alyoshane et Alexya sur leurs talons.

Quant à moi, toujours avec la rodienne, j’aperçois une wookie qui me regarde fixement dans l’embrasure de la porte.

A suivre….

Series NavigationJDR Star Wars : Chapitre 2 – Badyn Doba >>

Leave a Reply